• Retour sur ma journée au festival du film coréen à Paris

    C'est un peu au dernier moment que j'ai décidé d'aller au Festival du Film Coréen à Paris (FFCP) qui se déroule cette semaine, soit du 24 au 31 octobre, et franchement je ne regrette vraiment pas ma décision. J'y suis allée un peu à l'aveugle pour la séléction des films et je pense que je suis très bien tombée (ou alors tous les films proposés sont géniaux, je ne sais pas haha). En tout cas, je n'entends que du bien de ce festival pour le moment! Donc comme c'était top de chez top, je vous propose rapidement un article express sur les deux films que j'ai pu visionner hier (jeudi 26), en espérant que vous puissiez vous aussi vous déplacer sur Paris pour voir un peu tout ça!^^

     

    The poet and the boy

    Retour sur ma journée du festival du film coréen à Paris

    Résumé : Taek-gi vit sur l’île de Jeju. Il aspire à être reconnu comme poète, mais doit se contenter de donner quelques cours du soir de poésie à des élèves de primaire. Depuis peu, la femme de Taek-gi veut un enfant, à son grand désarroi lui qui n’est pas sûr du tout de vouloir être père. D’autant qu’après consultation, le couple apprend que les spermatozoïdes de monsieur sont rares et flemmards. Taek-gi va alors faire la rencontre d’un garçon qui va chambouler sa vie. Source FFCP

    ATTENTION : Dernière séance : samedi 28 octobre à 18h

    Mon avis : Le film m'a beaucoup touché d'une part par sa fibre poétique et d'autre part par les sujets sensibles auxquels il se rapporte, soit l'homosexualité et la difficulté à faire valoir le métier de poète dans la société coréenne.

    On le sait tous, l'homosexualité est encore bien tabou en Corée du sud, alors lorsqu'un film nous en parle aussi poétiquement, moi je dis bravo. La relation entre ce poète de 35 ans et ce jeune homme de 20 ans est fascinante, et jusqu'au bout, elle reste mystérieuse. Pour le poète, cela ne fait aucun doute, on sait que la vue du jeune garçon le trouble en provoquant en lui une nouvelle inspiration poétique, mais pour le jeune garçon c'est différent... Son point de vue n'est jamais vraiment explicité, ce qui renforce la part énigmatique du film. Vont-ils franchir la limite? Le poète quittera-il sa femme? L'issue de cette relation sera-elle heureuse? Voilà les questions que l'on commence à se poser au fur et à mesure des scènes. 

    Retour sur ma journée au festival du film coréen à Paris

    Avec ce genre de récit vous vous dites tout de suite qu'on tombe dans le mélodrame avec une ambiance bien lourde. En réalité, pas du tout. Le génie du scénariste est d'avoir inséré énormément d'humour. Lorsque certaines scènes deviennent un peu pesantes, un comique très subtil vient détendre l'atmosphère et ça j'ai vraiment adoré. Comme dit Jung Wonhee dans son commentaire sur le site du FFCP : "Le film est poétique sans être arrogant, drôle sans être lourd, émouvant sans être larmoyant." Effectivement en plus d'équilibrer parfaitement les registres de ton, il ya une atmosphère poétique magnifique. À la fois j'ai senti cette barrière qu'il y a entre le monde rêveur du promeneur solitaire et le monde réel des habitants de l'île, mais à la fois je comprenais parfaitement ce que ressentait ce pauvre poète Taek-gi. Et la réalisatrice met en scène astucieusement ce décalage en suivant le regard du poète observant le monde à mesure qu'il fait défiler ses bribes de vers dans sa tête. L'écart entre ce qu'il perçoit et ce que montre la caméra est allucinant haha. Par exemple des vêtements délabrés de pêcheur pendus sur la proue d'un bateau deviennent des pêcheurs aux genoux brisés et écorchés. Le décalage entre ces deux mondes se fait aussi sentir avec l'entourage du poète. Ni ses amis, ni sa mère, ni même sa femme n'arrivent à le comprendre. Ce métier de poète n'est pas du tout reconnu dans la société coréenne, alors forcément, certaines scènes de méchanceté gratuites sont abordées et je dois dire que j'étais vraiment révoltée par ce qu'il se passait. 

    Le film ne m'aurait peut être pas autant touché si cela avait été d'autres acteurs. Yang Ik Jun est tout simplement bluffant dans le rôle du poète solitaire, alias Hyun Taek Ki. J'ai adoré suivre ce personnage un peu badaud sur les bords. Il offre de belles scènes poétiques mais aussi comiques. Qu'est ce qu'il m'a fait rire, notamment les fois où il parle à son meilleur ami SPOILER le moment où son ami lui fait manger des couilles de raie pour lui rendre sa fertilité est juste énorme ou encore lorsque son ami éloigne délicatement son tabouret du sien en apprennant qu'il est attiré par les hommes!! FIN SPOILER. Hyun Taek Ki est vraiment une bonne personne, et on est limite sidéré de le voir aussi protecteur avec le jeune garçon. Il est si gentil que j'avais peur au début que le garçon ne le côtoie que pour qu'il lui donne de l'argent, heureusement ce n'était pas le cas. Un héros donc très attachant, qui sublime le film à sa façon. 

    Retour sur ma journée au festival du film coréen à Paris

    Jung Ga Ram dans le rôle du jeune garçon s'en sort bien aussi, le personnage semble montrer deux visages en ce qu'il aborde un côté bad boy en traînant avec une bande de moins que rien, et en abordant aussi un côté beaucoup plus doux, un garçon à fleur de peau arrivant à comprendre le poète et sa poésie. J'ai aimé voir ce côté fragile chez lui, ça donne un charme fou au personnage. Je ne veux pas spoiler mais on apprend que la vie de ce garçon n'est vraiment pas facile et qu'il n'a qu'un seul rêve : partir de l'île de Jeju où il se sent oppressé. 

    Je ne peux que vous conseiller d'aller voir au plus vite ce film. Il est vraiment touchant et prenant. Il m'a bouleversé jusqu'à sa fin mais m'a aussi fait rire plus d'une fois. Un film donc subtil abordant des thèmes tabous comme l'homosexualité et les problèmes de la société coréenne. 

    Ma note : 9/10

     

     

     I can speak

    Retour sur ma journée du festival du film coréen à Paris

    Malheureusement, j'ai été à la dernière séance d'I can speak, ce qui signifie que vous ne pouvez plus voir le film au cinéma, mais je tenais tout de même à vous faire un petit avis car j'ai vraiment adoré!^^

    Résumé : Une vieille dame vient en permanence déposer des plaintes au bureau du quartier dès que quelque chose cloche dans la vie d’une de ses connaissances.. C’est toujours le même jeune fonctionnaire qui est là pour noter ses doléances. Celui-ci a du mal à la supporter, mais tout va changer lorsque la vieille dame va se tourner vers lui pour qu’il lui apprenne à parler anglais. Source FFCP

    Mon avis: Encore une fois, le film démarre avec une bonne dose d'humour. On va dire que ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre une vieille dame coriace voulant absolument apprendre l'anglais, le film mise la dessus pour nous donner des situations vraiment cocasses haha. Du coup c'est avec humour qu'on commence à connaitre le duo de choc Ok Boon/Min Jae. Les gags s'enchainent avec cette dame qui fait tout son possible pour apprendre cette nouvelle langue au prix même de quelques pichenettes. Min Jae propose effectivement à Ok Boon de parler en anglais le plus souvent possible et quoi de mieux pour ça que de faire un petit jeu de Go remasterisé où celui qui parlera en coréen recevra une pichenette sur le front. Ce passage était vraiment hilarant haha. 

    Bien entendu, on est dans un film coréen rappelons le... on sait très bien que l'humour cache souvent un côté plus sombre. Ici c'est exactement ce qu'il se passe...Sauf que personnellement, je ne l'avais pas du tout deviné malgré les nombreux indices disséminés tout au long du film. On découvre enfin la véritable raison d'un tel engouement pour l'apprentissage de l'anglais, et cette dernière n'est pas jolie du tout...Sans vous spoiler, je dirais juste que tout un pan de l'histoire coréenne est "mobilisé" et on comprend enfin le nom du film lors des dernières scènes. Je dirais juste un mot : Bouleversant

    Retour sur ma journée du festival du film coréen à Paris

    Lee Je-Hoon a encore une fois montré qu'il était un acteur brillant! Son personnage est caractéristique de l'homme maniaque vivant pour sa pomme en ignorant les problèmes et la vie des autres. Bien évidement au contact d'Ok Boon, qui est tout son contraire en prenant soin des personnes travaillants au marché, il va petit à petit devenir bien plus humain. Au fur et à mesure de l'histoire, on s'attache de plus en plus à ce personnage intello qui va s'ouvrir aux autres et construire son propre futur. Cela dit, j'aurai voulu que son histoire soit un peu plus développée, notamment vers la fin qui je trouve se concentre un peu trop sur l'histoire d'Ok Boon (à juste titre bien sûr) en dépit de celle du héros. 

    Je vous recommande absolument ce film qui est vraiment tout aussi amusant que poignant. Je ne peux malheureusement pas m'étendre dessus au risque de vous spoiler. Sachez juste qu'il aborde un pan de l'histoire coréenne encore très sensible aujourd'hui et quoi de plus beau de parler de ce sujet dans un tel film! 

    Ma note : 8,5/10

     

    Retour sur ma journée du festival du film coréen à Paris

    Voilà un petit bonus de la conférence qui a suivi le film. 1h avec le réalisateur Kim Hyun-seok et Lee Je-Hoon, je ne pouvais pas rêver mieux. Pas mal de questions ont été posées par le public et c'était très amusant de voir les réactions des deux invités. Une personne a posé une question assez drôle sur la peau de l'actrice principale Na Moon Hee, disant qu'elle la trouvait superbe pour une vieille dame. Mais Lee Je-Hoon a mal compris la question et a cru qu'il parlait de sa peau haha. Alors il disait que oui sa peau était bien mise en valeur pour le film mais que derrière tout ça elle était pas si nette. Il a bien ri quand il a su que la question n'était pas pour lui mais bien pour la peau de la vielle dame haha. On a appris aussi qu'il n'était pas du tout bon en anglais et qu'il avait fait beaucoup d'efforts pour apprendre l'accent et le vocabulaire. Bien évidemment plein d'autres questions on été posées mais je ne peux pas vous les dire au risque de vous spoiler le film. En tout cas, je ressors de cette petite séance toute contente, et puis Lee Je-Hoon a l'air d'avoir vraiment la main sur le coeur. Il était trop mimi avec son petit "merci beaucoup" à la fin de la conférence.^^ Bref, on en redemande! 

    Cette journée m'a tellement plu que j'ai limite envie d'y retourner un autre jour! :)

    J'ajoute ici la bande annonce du festival qui est juste géniale!^^

    « Journal de visionnage octobreDrama thaïlandais - I am your king »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Octobre à 22:24

    Rha quelle chance !!!! :) I can speak me faisait de l'oeil dès l'annonce de son casting... :D j'aurai beaucoup aimé assister à cette conférence :) en tout cas tu la retranscris bien, c'est comme si on y était ^^

    je vais essayer de voir si les films des prochains jours me tentent =)

    bisouilles ! :)

      • Samedi 28 Octobre à 15:02

        Rhaaa oui c'est dommage, t'inquiète, ça sera pour la prochaine fois! J'ai essayé vite fait de retranscrire un peu la conférence mais c'est pas évident vu que c'était souvent des questions sur le film. Peut-être qu'on se croisera mardi pour Midnight runners!^^ Tout dépend si j'ai des cours ou non...triste sort!

    2
    Vendredi 27 Octobre à 22:59

    Genial !!! Merci d'avoir partagé tout ça avec nous ça fait franchement envie ! Faudrait que j'y aille l'année prochaine !!!!

      • Samedi 28 Octobre à 15:03

        oh ouii il faut que tu montes sur Paris pour voir ça, franchement ça vaut vraiment le coup!!^^En plus y'a tellement de choix pour les films, on ne sait que choisir!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :